page d'accueil | actualité | archives | portraits | Bretagne à Paris | musique | livres| revues| expositions | plan du site |

   L'affaire Diwan

L'intégration des écoles Diwan au public
suspendue par le Conseil d'Etat

PARIS, 30 oct 2001 -L'intégration des écoles Diwan, pratiquant l'immersion en langue bretonne, au système public a été suspendue mardi soir par le Conseil d'Etat, donnant ainsi gain de cause à des mouvements éducatifs laïques qui contestaient cette intégration décidée par Jack Lang.

L'ordonnance du Conseil d'Etat, répondant à une demande en référé, suspend l'exécution d'un décret, un arrêté et une circulaire qui prévoient l'intégration au service public des 32 écoles bilingues bretonnes Diwan et la possibilité de généraliser ce modèle d'établissement. Cette suspension prend effet juqu'à ce que les requêtes des plaignants soient examinées sur le fond.

Les référés avaient été déposés par le Comité national d'action laïque (CNAL) qui regroupe l'UNSA éducation (ex-FEN), la Fédération de parents d'élèves FCPE, la ligue de l'enseignement, le Syndicat des enseignants (SE-UNSA) et la Fédération des délégués départementaux de l'éducation nationale (DDEN), ainsi que le SNES-FSU, principal syndicat d'enseignants dans les collèges et lycées.

L'opposition du SNES porte sur un détail d'un des textes en litige mais celle des autres demandeurs porte sur le fait même que des écoles pratiquant le breton comme langue principale puissent être intégrées dans l'école publique française.

Diwan : «pas de commentaires»
au ministère de l'Education nationale

PARIS, 30 oct 2001-Le ministère de l'Education nationale s'est interdit mardi soir tout commentaire sur l'ordonnance du Conseil d'Etat suspendant l'exécution des textes portant intégration des écoles bretonnes Diwan dans le système public.

Cette décision de justice constitue un incident de parcours, une décision formelle qui ne change rien sur le problème de fond à la ligne tracée sur la promotion et le développement des langues régionales, dit-on. On fait enfin remarquer que cela n'a aucune conséquence immédiate sur la scolarité actuelle des élèves puisque les décisions prises devaient s'appliquer en 2002.

Intégration des écoles Diwan: inquiétude et exaspération en Bretagne

RENNES, 31 oct 2001-«Une fois de plus la langue bretonne dont Diwan représente la planche de salut la plus crédible va faire les frais d'une constitution jacobine française totalement obsolète», a estimé le maire de Carhaix, Christian Troadec (DVG).

«Il est urgent que le pouvoir politique admette que l'avenir de la langue bretonne passe par une modification de la Constitution et notamment son article deux qui fait du français la langue unique de la République», a ajouté M. Troadec, qui compte quelques représentants UDB dans son conseil municipal.

Le Collectif breton pour la démocratie et les droits de l'homme en a appelé à l'Europe, qui «doit rappeler la France à ses devoirs envers ses citoyens, locuteurs de langues minoritaires, richesses patrimoniales de l'humanité».

L'institut culturel de Bretagne a exprimé son «étonnement» et ses «vifs regrets», estimant que «la question fondamentale reste encore la suivante: Quand l'Etat acceptera-t-il enfin le droit de la langue bretonne à vivre?»Mardi soir déjà, le président de l'association Diwan, Andrew Lincoln, avait annoncé «une vraie bataille qui va s'engager autour des textes réglementaires».

M. Le Drian: «L'Etat doit poursuivre la préparation de l'intégration des écoles Diwan»

RENNES, 31 oct 2001-Le député PS du Morbihan Jean-Yves Le Drian «souhaite que l'Etat poursuive la préparation de l'intégration des écoles Diwan», dont le Conseil d'Etat a suspendu l'intégration au sein des écoles publiques.

«La décision du Conseil d'Etat ne saurait remettre en cause la nécessité républicaine de l'intégration des écoles Diwan dans le service public de l'Education nationale», estime Jean-Yves Le Drian, porte-parole des élus socialistes bretons. Selon le député PS, l'intégration doit se préparer «notamment à travers la loi de finances en cours de discussion au Parlement». «Quoi qu'il en soit, l'objectif reste l'intégration», conclut M. Le Drian.

L'intégration des écoles Diwan au système public a été suspendue mardi soir par le Conseil d'Etat, qui a agi en référé, donnant ainsi gain de cause à des mouvements éducatifs laïques qui contestaient cette intégration décidée par le ministre de l'Education Jack Lang. Il faut attendre l'examen sur le fond des requêtes déposées par les adversaires d'une intégration de ces écoles qui pratiquent l'immersion en langue bretonne pour savoir si le processus devra être définitivement abandonné ou repris autrement.

Suspension de l'intégration des écoles Diwan:
le MDC se félicite

PARIS, 31 oct 2001-Le Mouvement des Citoyens (MDC) s'est félicité mercredi de la suspension par le Conseil d'Etat de l'intégration au système public des écoles Diwan, pratiquant l'immersion en langue bretonne.

L'enseignement par immersion aurait conduit à la disparition du français», estime Georges Sarre, le président du MDC, dans un communiqué. Cette intégration avait «ouvert la porte à d'autres revendications à caractère régionaliste et séparatiste», mais la décision du Conseil d'Etat devrait «y mettre un coup d'arrêt», ajoute-t-il.

Jack Lang persiste

PARIS, 8 nov 2001-Le ministre de l'Education nationale, Jack Lang, a affirmé jeudi à l'AFP qu'il entendait continuer la promotion des langues régionales à l'école et notamment l'intégration au système public des écoles bretonnes Diwan, malgré le récent arrêt du Conseil d'Etat.

«Je respecte l'arrêté de suspension mais en tant que juriste, je suis persuadé en mon âme et conscience que ma décision était conforme à la constitution et à la loi», a-t-il déclaré.

«Je respecte la juridiction, a ajouté M. Lang, mais j'explore, avec Diwan, les voies de droit qui permettront de trouver une solution. Et là où j'ai pouvoir, j'agis. Ainsi, naturellement, les postes prévus au budget sont préservés et la nouvelle formation des maîtres devant enseigner le breton comme le concours spécifique sont maintenus».

«Ma conviction demeure et elle est élémentaire: rien n'est plus nécessaire que de promouvoir l'apprentissage des langues à l'école, notre langue nationale évidemment mais aussi les autres, langues vivantes étrangères, langues anciennes et langues régionales qui constituent des trésors de notre patrimoine à préserver», a dit M. Lang.

L'intégration des écoles Diwan, pratiquant l'immersion en langue bretonne, au système public a été suspendue le 30 octobre dernier par le Conseil d'Etat, donnant ainsi gain de cause à des mouvements éducatifs laïcs qui contestaient cette intégration décidée par Jack Lang.

Les députés votent l'intégration
des enseignants Diwan dans l'école publique

PARIS, 8 nov 2001-L'Assemblée nationale a voté jeudi en faveur de l'intégration dans l'enseignement public des personnels des établissements scolaires associatifs bretons Diwan, malgré la suspension la semaine dernière par le Conseil d'état de ce processus d'intégration, a constaté l'AFP.

Noël Mamère favorable à l'intégration de Diwan
à l'Education nationale

PARIS, 10 nov 2001- Noël Mamère, candidat Vertdes Verts à l'élection présidentielle, a apporté samedi son «soutien» à l'association d'enseignement en breton Diwan, en estimant que «les langues bretonne, corse, occitane... doivent être reconnues comme langues de la République».

Dans une lettre au président de Diwan Andrew Lincoln, rendue publique par les Verts, Noël Mamère salue «la qualité de l'expérience pédagogique menée par les écoles Diwan» et se dit prêt à «relayer» à l'Assemblée nationale son combat en faveur de «l'intégration de Diwan à l'Education nationale».

Se félicitant du protocole initié par le ministre de l'Education Jack Lang, Noël Mamère «regrette qu'un recours frileux au Conseil d'Etat ait bloqué ce processus».

«Les langues bretonne, corse, occitane... doivent être reconnues comme langues de la République, contrairement à la lecture restrictive que le Conseil d'Etat fait aujourd'hui de la Constitution», poursuit le député-maire de Bègles.

 Ar06rk A.giflire la suite  

 
© Michel Rolland